article du Parisien 91 sur le maire de Vigneux...

Publié le par laforcevigneusienne

Renvoyé, le procès du maire de Vigneux-sur-Seine ne devrait pas avoir lieu de sitôt

>Île-de-France & Oise>Essonne>Vigneux-sur-Seine|Nicolas Goinard|07 février 2017, 19h40|0

http://s1.lprs1.fr/images/2017/02/07/6663492_fbe89374-ed60-11e6-81a4-834a6f678fa0-1_1000x625.jpgSerge Poinsot maire (DVD) de Vigneux-sur-Seine reviendra à la barre du tribunal correctionnel le 2 octobre prochain.(LP/Florian Loisy.)

Nicolas Goinard

Vigneux-sur-SeinePoinsotprocèsjustice

Le fond de cette affaire ne sera pas étudié de sitôt. Ce mardi matin, Serge Poinsot, le maire (DVD) de Vigneux-sur-Seine, Daniel Villatte, son premier adjoint et sept autres prévenus devaient être jugés par le tribunal correctionnel d’Évry. Mais l’un des prévenus étant hospitalisé, une demande de renvoi a été faite par son avocat. Cette affaire reviendra donc devant le tribunal le 2 octobre prochain.

Les deux élus sont poursuivis pour des irrégularités dans l’attribution de marchés publics entre le 1er avril 2004 et le 31 décembre 2015. Le premier édile doit également répondre de faits de corruption passive. Quant aux autres protagonistes, tous entrepreneurs, ils sont mis en cause pour avoir contribué à fausser le jeu.

Tout est parti d’un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) d’Ile-de-France qui, le 3 février 2012, a noté des irrégularités dans les comptes de la ville de Vigneux-sur-Seine. Les magistrats spécialisés ont notamment relevé que les montants de travaux de voirie ont souvent été sous-évalués puis corrigés. Des paiements étaient également réalisés en dehors des marchés alors que les bons de commande les rattachaient pourtant directement aux marchés. Des factures que nous avons pu consulter avaient même été grossièrement maquillées à la main. Suffisant pour que la CRC signale le cas de Vigneux au parquet et qu’une enquête préliminaire soit ouverte.

« Le dossier est incompréhensible »

« La procédure est irrégulière », tempête pour la défense de Serge Poinsot Me Grégoire Lafarge, également avocat de Patrick Balkany, le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). « Nous ne comprenons pas ce pourquoi nous sommes poursuivis », poursuit le conseil. En aparté, durant la suspension d’audience, il charge le ministère public : « Le dossier est incompréhensible, estime l’avocat. Les parquets se passent des juges d’instruction pour éviter que la défense ait accès aux dossiers. Cela donne des procédures qui arrivent dans cet état-là. » La prochaine fois, les avocats plaideront les nullités. Puis, si ça ne fonctionne pas, ils demanderont qu’un juge d’instruction soit saisi.

leparisien.fr

 

 

le parisien 91 – 08 02 2017

Publié dans Justice

Commenter cet article